Greta superstar !

Je n’ai évidemment aucune hostilité à l’égard de la personne de Greta Thunberg.

La parole qu’elle porte, si tant est que ce soit véritablement la sienne, est juste, simple et d’accès aisé. Sa personnalité a entraîné, bien au-là des frontières de l’Europe, une foule immense de jeunes, sensibilisés par elle aux problématiques de protection de la planète, et c’est formidable !

Il s’agit d’écologie, donc de comportements éminemment politiques et l’on ne peut que s’en réjouir en cette époque de désintéressement généralisé à la chose publique des populations, et des jeunes en particulier. Bien sûr, son discours, jugé par certains inutilement catastrophiste, est loin de faire l’unanimité, mais c’est un discours de combat, donc probablement un peu excessif, mais hélas, proche de celui de la quasi-totalité de la communauté scientifique. D’autres estiment que Greta Thunberg est manipulée, considérant que générer un tel mouvement à seize ans n’est pas crédible. Ceux-là sont probablement comme moi, c’est à dire sans aucune preuve, ni dans un sens ni dans l’autre.

Bref, pour sa capacité à entraîner les jeunes dans cette lutte parfaitement légitime, je soutiens son action, tout en m’opposant, bien sûr, à son appel pernicieux à la grève scolaire.

Ce qui me gêne dans sa réception à l’Assemblée Nationale, c’est que cette journée ne soit pas présentée comme une opportunité supplémentaire de sensibiliser la jeunesse à la cause qu’elle défend, même si la couverture médiatique de sa venue y contribue. On nous parle plutôt de sensibilisation des députés ! Est-ce à dire que nos parlementaires n’auraient toujours pas été éveillés aux questions relatives au climat, à la gestion des déchets, à la protection de l’environnement au sens le plus large ? Est-ce à dire qu’ils avaient, eux, besoin de se faire secouer par cette égérie adolescente pour prendre conscience des périls qui nous guettent ? C’est au mieux loufoque, au pire franchement démagogique. D’autant plus curieux que les députés qui ont assisté à son discours sont globalement d’accord avec elle, les autres, facilement identifiables, ayant choisi de boycotter la séance. On ne peut donc pas parler d’influence directe des parlementaires.

Bref, si le bruit provoqué par la venue de Greta Thunberg a permis à quelques milliers de jeunes supplémentaires de contribuer à la préservation de la planète par leur comportement et par leur vote, cela aura été utile. Les députés, eux, ont, à l’évidence et pour le moment, mieux à faire que de chercher sérieusement à éviter le pire …

MT