Afghanistan : rentrée dans le secondaire sans filles ni enseignantes

You are currently viewing Afghanistan : rentrée dans le secondaire sans filles ni enseignantes

Comment garder des relations d’État à État avec les Talibans qui se comportent finalement sans surprise, malgré leurs propos qui laissaient espérer un minimum d’ouverture d’esprit lors de la prise de Kaboul ?
Le Ministère de l’Éducation afghan vient d’autoriser la rentrée dans le secondaire pour les collégiens et lycéens, et pour les enseignants hommes. L’UNICEF proteste, l’UNESCO dénonce et met en garde contre les conséquences de la mise à l’écart des femmes des niveaux les plus élevés de l’enseignement. Ces organismes n’ont évidemment aucun moyen de pression et il est très difficile d’être optimiste quand à un changement d’attitude des Talibans.

Le Ministère des Affaires féminines devient celui de la Prévention du vice

Qu’espérer de la part de dirigeants qui transforment les « affaires féminines » en « prévention du vice » ? Rien….
Donc, rompre toute relation et de fait, abandonner les afghanes à leur funeste sort ? Certainement pas.
Renoncer aux échanges commerciaux alors que certains pays ne le feront pas, et que notamment le lithium en abondance dans ce pays fera, comme toujours en pareil cas, passer les comportements humanitaires ou seulement humanistes au second plan ? En quoi cela ferait-il progresser la cause des femmes dans ce pays ? Ce serait sans doute inutile, voire contreproductif…

Il est normal d’être scandalisé ou même horrifié par ce qui se passe en Afghanistan. C’est même relativement facile de l’être, il suffit d’être un peu informé pour ça.
Mais fixer une ligne diplomatique avec des gens dont les décisions reposent sur un obscurantisme absolu est très probablement un casse-tête épouvantable pour les dirigeants des pays démocratiques qui sont déterminés à aider la population locale.

Notre devoir minimal, à nous citoyens libres, est de ne pas nous désintéresser du sort des femmes et futures femmes afghanes.

Marc T.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.