Antivax, liberté et responsabilité

You are currently viewing Antivax, liberté et responsabilité

L’un des arguments principaux des antivax est le suivant : puisque les personnes vaccinées sont supposées être protégées des formes graves du Covid, nous, les non-vaccinés ne mettons pas en danger leur santé, mais seulement, si tout cela est avéré, la nôtre. Et c’est notre liberté de pouvoir en décider.
C’est évidemment faux pour au moins deux raisons : la première est que, pour le moment le niveau général de vaccination est trop faible pour que nous soyons certains d’être à l’abri d’un nouveau confinement entre autres conséquences graves, donc d’une vraie privation de liberté qui concernerait tout le monde. De ce point de vue, les antivax, par leur comportement, retardent l’atteinte de l’objectif d’éradication de la pandémie, donc pénalisent l’ensemble de la population.
La seconde raison réside dans le fait que l’on ne peut dissocier la liberté de la responsabilité. Affirmer que prendre seul le risque de la maladie relève de la liberté, c’est oublier qu’en cas de maladie, c’est la collectivité qui assume les soins. On pourrait, à la limite, parler de liberté d’un antivax si celui-ci était en mesure de s’engager à supporter seul le coût de sa maladie : 1000 €/jour en cas d’hospitalisation ou plus de 3000 €/jour en réanimation. C’est plus qu’improbable.
Refuser la mesure préventive, le vaccin, tout en exigeant une prise en charge par la Sécurité Sociale de l’ensemble des soins en cas de maladie ne relève pas de la liberté, mais de l’inconscience, ou d’un égoïsme aveugle.

Marc T.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.